L’ARTISANAT AU NÉPAL

Fabrication papier népalais, avec le lokta

Le papier népalais utilise les fibres de la plante « lokta ». Elles sont mélangées pour faire nue pâte, puis diluées dans l’eau. Ensuite, on donne la forme des feuilles avec des cadres sur un large tamis. Le papier est ensuite séché au soleil avec parfois à la fin, une dernière étape pour presser le papier.

 

Fabrication du rakshi

 

 Le rakshi est l’alcool local, de riz, de maïs, les deux ou d’autres céréales. La distillation est très simple et artisanale, c’est un assemblage de quatre récipients. Dans le premier, installé sur le feu, on verse les céréales fermentées. Le second est directement posé sur le premier. Il dispose de petits trous qui laisseront remonter les vapeurs d’alcool et d’un grand trou juste pour la place du récipient (le troisième) qui collectera ces vapeurs. Le quatrième et dernier récipient a une forme de chapeau pointu. On y verse de l’eau froide. Ainsi la condensation se fait sur ces parois et l’alcool retombe dans le troisième récipient. Le nombre de passe détermine le degré d’alcool. Bien entendu pas de séparation dans ce procédé de l’éthanol qui rend joyeux et du méthanol qui abîme davantage…

 

Fabrication d’un nanglo

 

 Le Nanglo fait partie de la vaisselle quotidienne des népalais. Pour faire sécher, trier et même comme plateau de présentation pendant les treks, il est très largement utilisé au Népal. Voilà les différentes étapes de sa fabrication.

 

Fonderie ambulante

 

 Dans un quartier de Kathmandu, un fondeur s’installe sous un parasol. Les habitants ne tardent pas à arriver, parfois avec leur propre métal, robinets ou autre ferraille usagée, parfois le fondeur utilise des canettes. Bien souvent, ce métal fondu retrouve vie sous la forme d’un dieu hindou, vous avez dit recyclage…