Everest, approche hors sentier

Depuis Tumlingtar à Lukla, Renjo, Gokyo et Komgma La

 

LES POINTS FORTS DE VOTRE TREK :

  • Au cœur du plus haut massif du monde
  • Une approche originale par une région sherpa inconnue, loin de la foule
  • Le col du Renjo La et la vallée de Thame
  • A contre-courant de l’itinéraire classique dans la partie haute
  • Des vues sur l’Everest, l’Ama Dablam, le Cho Oyu, le Lhotse, le Nuptse et tant d’autres…

NIVEAU

PÉRIODE

CONFORT

Groupe de 5 à 8 personnes

Hors vol international

Notre enthousiasme pour votre voyage

Si le Népal est mecque du trekkeur, le trek de l’Everest est sans doute parmi les treks du Népal celui qui est le plus spectaculaire en terme de paysages alpin, ou plutôt himalayen.
Mais la région de l’Everest souffre de sa sur fréquentation… Comme les vallées ne sont pas extensibles, nous avons pris le parti de vous proposer une approche différente, par le Solu khumbu, l’autre pays sherpa. Mais pas la partie ouest, accès traditionnel des expéditions avant que l’altiport de Lukla n’existe. Non, par l’Est, au départ de Tumlingtar, c’est-à-dire là où personne ne va, du vrai hors sentier. Pour ça, vous commencez le trek en tente. Ambiance de village, de terrasse et de la douceur du piedmont népalais.
Passé Lukla, votre regard portera sur des sommets qui tutoient les nuages. Très rapidement, ce sera une atmosphère résolument alpine, montagnes drapées de blanc, arêtes aiguisées.
Le plus dur sera sans doute de redescendre…

    ITINÉRAIRE DE VOTRE TREK : 

Jour 1. Départ pour le Népal

Jour 2. Arrivée à Kathmandu et transfert à l’hôtel

Un coup d’aile et l’avion oblique de l’Inde vers le Népal. Un survol du sud de la vallée Kathmandu, encore quelques minutes, vous êtes au pays du dhal bath !!! Nous vous accueillons à l’aéroport pour vous conduire à votre hôtel et faire le briefing. 

Jour 3. Kathmandu à Tumlingtar (400m) et marche pour Chewabesi (370m)

Selon l’horaire du vol vous partez de l’hôtel dans la matinée pour l’aéroport. Ce vol est sans doute le plus beau du Népal, vous longez la chaîne himalayenne sur une bonne partie du trajet. A Tumlingtar vous mettez le pied à 400m d’altitude, pas vraiment ce que l’on a l’habitude d’imaginer pour le Népal. Il fait donc relativement chaud et l’ambiance est tropicale.
C’est parti pour le trek dans sa partie la plus sauvage. Vous longez dans un premier temps l’Arun, une rivière alimentée par les gigantesques glaciers de l’Everest et du Makalu. Nuit en tente.
Marche : 3 heures, environ +120m/-150m 

Jour 4. Chewabesi à Tabutar (640m)

Au début en longeant la rivière, puis en  la traversant, le chemin de trek quitte la vallée de l’Arun pour prendre la direction de l’ouest par une crête raide. Après cette crête, on descend dans une forêt d’arbres qui produisent les genres de noix qui sont utilisées pour la fabrication des malas (chapelets bouddhistes). Nous installons le camp près d’une rivière très belle. Nuit en tente.
Marche : 6 heures, +630m/-360m 

Jour 5. Tabutar à Tenda (1400m)

Nous restons le long l’affluent de l’Arun pour remonter cette vallée en montagnes russes. Le sentier de trek monte à travers les villages et les champs sans s’éloigner de la rivière. Le lieu de camp n’est pas le meilleur du village et selon la volonté des villageois nous installons le camp dans l’école ou près des maisons. Tenda est un village de l’ethnie raï. Nuit en tente.
Marche : 7 heures, +1030m/-175m 

Jour 6. Tenda à Jaubari (2300m)

Dans la vallée, nous traversons l’affluent, la Likhuwa khola pour nous rendre par un chemin qui monte en crête à Jaubari. On traverse avant le village important de Phedi où il y a un marché local pour les népalais. On trouve de tout, des vêtements au rakshi l’alcool local du Népal. Il faut maintenant s’attaquer à la crête, simple à dire mais les sentiers sont ici fait pour les habitants à qui le dénivelé raide ne fait pas peur au népalais. Environ 3 heures de monter permettent ainsi d’arriver à Jaubari.
La crête est longue de près de 2000m mais pour aujourd’hui une première moitié suffira. Nuit en tente.
Marche : 4 heures, +980m/-80m 

Jour 7. Jaubari à Gurase (3000m)

Deuxième journée sur cette crête, nous installons le camp en contrebas en raison de l’eau qui manque sur les crêtes. Comme c’est une courte demi-journée imposé par l’eau, les plus courageux peuvent aller faire l’aller-retour au lac sacré de Salpa, étonnant lac perché sur la crête de ces moyennes montagnes. Nuit en tente.
Marche : 3 heures, +750m/-50m 

Jour 8. Gurase à Nimchola (2540m)

Cette fois nous franchissons bel et bien cette montagne pour descendre à travers la forêt. Au col, nous avons la vue sur Sanam, tout petit village accroché à la montagne avec son monastère. Nous devons plus bas un pont en bois pour ensuite rejoindre le village de Nimchola qui a également un monastère, nous dormons à côté. Nuit en tente.
Marche : 6 heures, +780m/-1200m 

Jour 9. Nimchola à Bung (2100m)

Au début en ligne de niveau, on arrive à proximité de Gudel, un village d’où l’on peut voir le Mera peak. Puis la descente est très raide jusqu’à la rivière Hunku. C’est la rivière qui descend de le l’immense vallée qui se termine par les fameux sommets de l’Ama dablam, le Baruntse et Mera peak. Nous traversons l’Hunku puis le sentier remonte aussi raide qu’il descendait au village de Bung. Cette région est toujours très peu fréquentée. Le village de Bung s’étale sur toute la montagne à environ 1700m, il domine la vallée de la Hunku khola. Nous continuons à travers le village pour en sortir et installer le camp plus haut dans la partie haute du village à 400m au-dessus du centre. Nuit en tente.
Marche : 7 heures, +1040m/-1480m 

Jour 10. Bung à Najing Dingma (2680m)

A flanc de montagne dans un faux plat montant, parfois pas du tout faux plat mais plutôt vraiment montant, nous cheminons vers le village de Kiraule tout proche de notre camp. Son monastère est étonnant entouré d’arbres. En fait, d’un village, ce sont des habitations éparses sur toute la montagne et jusqu’à la forêt que nous traversons pour atteindre le col du Surke La à un peu moins de 3100m. Puis la descente est très raide pendant une heure et demi jusqu’au camp de Najing Dingma. Nuit en tente.
Marche : 7 heures, +1060m/-480m 

Jour 11. Najing Dingma à Pangom (2900m)

Une fois n’est pas coutume, vous descendez pour remonter, bref, vous allez en face puis un peu derrière une crête à 3180m pour atteindre le village de Pangom. La vallée est à environ 2000m, donc une bonne journée dénivelée. En fond de vallée on traverse la rivière Hinku qui arrive des versants ouest du Mera peak, le fameux trekking peak du Népal.
Ce jour est votre dernier jour avec l’équipe de cuisine et tous les porteurs. Demain, ils partiront pour Salleri et prendront ensuite le bus pour rentrer à Kathmandu, donc c’est une belle occasion de faire la fête. Cette journée marque également l’entrée dans la vallée principale de l’Everest qui nous conduira à son campde base. Nuit en tente.
Marche : 8 heures, +1260m/-1020m 

Jour 12. Pangom à Paiya (2770m)

Vous devriez commencer à voir des trekkeurs dans cette région, surtout à partir du prochain col, Kari La à 3150m. En approche de la région de l’Everest. C’est un bon sentier mais qui descend dans des valons pour remonter sur des crêtes et au final, c’est un bon dénivelé qui est nécessaire et une journée assez longue pour rejoindre Paiya, village situé au pied du Zartra La. Le Zatra La est le col de retour du Mera peak. Nuit en lodge.
Marche : 7 heures, +1090m/-1200m 

Jour 13. Paiya à Phakding (2620m)

Le sentier passe sous l’altiport de Lukla, une fois passé Lukla, vous trouvez beaucoup, beaucoup de monde… Cette partie n’est pas longue. Nuit en lodge.
Marche : 6 heures, +1350m/-1500m 

Jour 14. Phakding à Namche Bazar (3450m)

A Monjo, après une courte marche nous gagnons le fameux pont suspendu qui traverse la Dudh Koshi, littéralement la rivière de lait qui arrive des gigantesques glaciers de l’Everest. Ici, commence notre trek en haute altitude puisque nous franchissons dans une pente raide la barre des 3000m, marque de notre entrée dans le domaine des géants. Il convient de prendre son temps pour cette montée raide de Namche, c’est ici que commence à se jouer l’adaptation de notre organisme à l’altitude. Nuit en lodge.
Marche : 4 heures, +700m/-100m 

Jour 15. Namche Bazar à Thame (3800m)

Namche Bazar est un village particulier, lieu de commerce du Khumbu à l’intersection des trois grandes vallées du pays sherpa. Les denrées tibétaines qui traversaient autrefois le col du Nangpa La ont été remplacées par les produits chinois quand la frontière s’ouvre. Le col est toujours franchi lorsque la frontière est ouverte, au bon vouloir des autorités, par de courageux tibétains avec leurs caravanes de yaks. Nous quittons ce carrefour des vallées pour la vallée du Nangpa La, une progression douce à travers les villages et les murs à mani, pierres sculptées et peintes des prières bouddhistes. Nuit en lodge.
Marche : 4 heures, +400m/-50m 

Jour 16. Thame, acclimatation

Une acclimatation raisonnable signifie éviter les efforts violents et changements d’altitude rapides. C’est ce que nous nous employons à faire aujourd’hui avec la visite du monastère de Thame, niché dans la montagne. Thame est aussi le village natal d’Apa Sherpa, recordman du nombre d’ascension de l’Everest et très respecté de toute la communauté sherpa. Nuit en lodge. 

Jour 17. Thame à Lungden (4370m)

Le haut de la vallée n’est traditionnellement pas habité, les températures glaciales limitent la présence humaine à l’activité pastorale, les lodges et les caravanes de yaks en provenance du Tibet quand la frontière s’ouvre. Nuit en lodge.
Marche : 6 heures, +720m/-150m 

Jour 18. Lungden au Renjo Pass (5350m) puis Gokyo (4750m)

La montée au Renjo Pass n’est pas des plus faciles. Dans un univers radicalement minéral, on progresse d’abord relativement facilement jusqu’à un lac à 4900m, quelques montées raides mais des pentes moins prononcées aussi et un second lac à 5130m. Puis l’ascension se raidit dans un dédale de grosse pierre glissante en cas de neige. Le col est assez étroit, peu de place et souvent beaucoup de vent mais une vue sur l’Everest droit devant avec le lac Gokyo en premier plan. Nous venons de passer le premier col du trek.
Il faut penser maintenant à descendre vers le lac Gokyo et ses lodges. Nuit en lodge.
Marche : 8 à 9 heures, +1100m/-720m 

Jour 19. Gokyo à Tanghna (4700m) par le Gokyo peak (5350m)

L’ascension du Gokyo peak donne un autre panorama de choix sur les sommets. Les yaks sont souvent sur les alentours du chemin qui mène à ce beau belvédère du Népal, à la recherche d’une herbe rase. Au-dessus, encore un feu d’artifice de sommets avec au premier rang le Cho Oyu, plein nord. L’Everest bien entendu avec le Nuptse en premier plan. En fonction de la forme de chacun, le groupe peut aisément de diviser et se retrouver à la lodge avant de continuer vers Tanghna. Pour rejoindre l’étape, le chemin traverse la moraine dans une marche pas qui demande de l’attention. Nuit en lodge.
Marche : 6 heures, +750m/-800m, compter 4 heures de moins sans le Gokyo peak 

Jour 20. Tanghna à Dzongla (4830m) par le Cho La (5370m)

Le chemin le plus court est la ligne droite, c’est ce que l’on applique, il n’y a qu’un col à franchir pour appliquer cette propriété… Du caillou, du caillou et du caillou. On traverse une moraine, qui donne droit au passage bonus d’un petit col, puis toujours du caillou et même de gros cailloux à l’approche du Cho La qui est assez raide à la fin. Les bâtons aident bien et il faut rester vigilant dans cette partie. Au sommet du col, la vue, si elle est dégagée mérite le choix du raccourcit. Nuit en lodge.
Marche : 6 heures, +800m/-700m 

Jour 21. Dzongla à Gorak Shep (5170m)

La journée permet de se rapprocher au plus près de l’Everest en une montée progressive. En passant vers Lobuche vous verrez la fameuse pyramide médicale. Il faut encore longer la moraine puis traverser celle du Pumori et du Chumbu pour arriver à Gorak Shep, les dernières habitations en dur installées par les népalais pour les trekkeurs et directement au pied du kala pattar. Le camp de base de l’Everest est pour demain !!!
Marche : 8 heures, +440m/-100m 

Jour 22. Gorak Shep au camp de base de l’Everest (5350m) et à Gorak Shep (5170m)

La journée est nécessairement longue car si la moraine est rarement une partie de plaisir, il faut également s’adapter à l’altitude croissante. Pour autant, le sentier est bien tracé et ce ne sont plus nos pieds ou les cailloux qui retiennent notre attention mais bientôt la puissante arête du Nuptse. Enfin, vous découvrez le pilier ouest de l’Everest. Selon la saison, l’activité varie au camp de base de l’Everest. Au mois d’avril et mai, c’est une petite ville de tentes qui s’installe pour la longue acclimatation des alpinistes. A l’automne, les expéditions sont rares à tenter l’Everest mais il peut y avoir des équipes en route vers d’autres sommets. Retour à Gorak Shep par le même sentier avec la vue sur le Pumori, un sommet de 7000m pas évident.
Marche : 8 heures, +300m/-300m 

Jour 23. Gorak Shep à Dingboche (4300m) en passant par Kala pattar (5570m)

Ce matin, il faut partir de bonne heure pour gravir le kala pattar qui signifie littéralement en népalais rocher noir. Contrairement au camp de base de l’Everest, le point de vue est déjà sur le sommet de l’Everest. Vous bénéficiez d’une acclimatation optimale pour gagner les 5570m du kala pattar. C’est le lieu le plus proche et qui bénéficie de la meilleure vue sur l’Everest. Vous avez devant vous le toit du monde secondé par le Lhotse et l’impressionnante arête du Nuptse. Un instant émouvant devant cette montagne si emblématique du Népal et du monde.
Une longue descente que vous connaissez en bonne partie vous conduit au village de Dingboche.
Marche : 7 heures, +400m/-1250m

 

Jour 24. Dingboche à Deboche (3700m)

Cette fois, vous êtes dans la vallée principale d’accès au kala pattar. La grande majorité des treks de l’Everest passent par là. C’est un Népal très différent de ce que vous avez découvert en début de trek. Contraste saisissant entre deux zones d’une même région, le pays sherpa… Vous vous arrêtez à Deboche, juste en contrebas de Thengboche pour passer la nuit. En fonction du déroulé de la journée vous visitez le monastère aujourd’hui ou demain. Outre le monastère à visiter, la vue sur l’Everest, le Nuptse et l’Ama Dablam est magnifique…
Marche : 4 heures, +150m/-750m 

Jour 25. Deboche à Namche (3450m)

Depuis Deboche, vous avez toujours la vue sur l’Everest et l’arête du Nuptse est très impressionnante d’ici.
Aujourd’hui, vous devez aller de l’autre côté de la vallée, c’est-à-dire descendre à l’Imja khola pour remonter en face au village de Khumjung, puis retour à Namche.
Marche : 5 heures, +500m/-750m 

Jour 26. Namche à Lukla (2800m)

Dernière journée de trek, on quitte définitivement les montagnes, le massif de l’Everest.
Marche : 8 heures, +800m/-750m 

Jour 27. Lukla à Kathmandu

Avec des images de sommets immaculés plein les rétines, le retour au petit altiport népalais est toujours un exercice d’acclimatation d’un autre genre, ou plutôt une ré acclimatation. Sas, avant votre vol pour Katmandu.
Selon les conditions de maintenance de l’aéroport de Kathmandu, le vol se fait de de Lukla à Ramechap puis avec un transfert de 4 heures par la route pour Kathmandu ou directement à Kathmandu. 

Jour 28. Journée de sécurité

Indispensable en raison du vol de Lukla, une journée de sécurité est le minimum pour ne pas rater votre vol international si la météo est capricieuse. Idéalement, nous vous conseillons d’avoir deux journées pleines de sécurité.
Si la météo ne joue pas de tour, vous mettez à profit ces journées pour visiter la capitale du Népal. L’ancien royaume hindouiste recèle dans la capitale un mélange culturel unique, la rencontre de l’hindouisme et du bouddhisme.
Dernière nuit à Kathmandu. 

Jour 29. Départ du Népal

Départ de l’hôtel pour l’aéroport. Vous arrivez en France le jour même ou plus souvent le lendemain, selon les horaires de votre vol. 

Jour 30. Arrivée à la maison