Intégral Népal, chapitre 2

Transhimalayenne en Royal Enfield, Est du Népal

 

POINTS FORTS DE LA TRANSHIMALAYENNE EN ROYAL ENFIELD :

  • Itinéraire inédit de transhimalayenne, oubliez le goudron
  • Traversée de la moitié du Népal, l’est sauvage jusqu’à Darjeeling
  • Crête de 100 km sur les contreforts de l’Everest
  • Bivouac avec vue sur l’Everest
  • Visite des champs de thé et de Darjeeling
  • Transhimalayenne compensée carbone
  • Tarif passager : 3500 €
  • Enchainement des deux voyages, 11 000 € – 42 jours
NIVEAU

 

PÉRIODE
CONFORT

 

hotel et tente logo
Groupe de 8 à 12 personnes

Hors vol international

Notre enthousiasme pour votre transhimalayenne en Royal Enfield

C’est le second chapitre de la transhimalayenne intégrale du Népal. Un road trip inédit que l’on vous propose avec la Himalayan, un 400cc rustique et confortable de Royal Enfield. Pour cette seconde partie de la transhimalayenne intégrale du Népal vous partez de Pokhara, passez à Kathmandu et continuez même un peu en Inde jusqu’à Darjeeling. Vous alternez les passages en plaine et en crête. Dans la plaine du Teraï, on est un peu en Inde puis la piste retourne en altitude et on a l’impression de changer de pays. Vous aurez un bivouac face à l’Everest. Au fils des kilomètres les paysages évoluent, la végétation devient plus dense, plus généreuse à l’approche de la région de l’Ilam et enfin vous arrivez à Darjeeling avec la vue sur le Kangchenjunga, 3ème sommet le plus haut de la terre.

    ITINÉRAIRE DE LA TRANSHIMALAYENNE EN ROYAL ENFIELD : 

Itinéraire détaillé jour par jour fournit à la réservation

Jour 1. Départ pour la transhimalayenne en Royal Enfield

Jour 2. Arrivée à Kathmandu et transfert à l’hôtel

Arrivé à Kathmandu, nous vous accueillons à l’aéroport pour vous conduire à votre hôtel et faire le briefing.

Jour 3. Vol Kathmandu – Pokhara

Après le petit-déjeuner, direction l’aéroport pour le vol de Pokhara. Prise en main de la Royal Enfield Himalayan et premier tour de roue de la transhimalayenne pour aller au point de vue de la pagode de la paix.

Ambiance de la transhimalayenne en Royal Enfield

Un Tata et des poules, voilà l’ambiance de la piste pendant la reco de la transhimalayenne népalaise

Jours 4 à 7. Pokhara – Kathmandu

Par une route chargée de camions et sans aucune vue sur les montagnes, ce trajet prendrait la journée mais ça n’a franchement pas beaucoup d’intérêt de faire 7000km en avion… On préfère prendre la hauteur, traverser des villages perdus et avoir des vues sur les Annapurna, le Manaslu et les Ganesh himal, les beaux sommets qui jalonnent ces 4 jours de piste.

La première journée sera la plus longue à cause de l’hébergement. Ensuite, plus raisonnables les étapes alternent goudrons et piste mais la piste représente un bon 80%.

Route : de 4 à 6 heures, entre 47 et 110 km

Jours 8. Kathmandu en Royal Enfield

Vous changez de conduite aujourd’hui pour passer à une autre aventure celle de la circulation népalaise !!! Ce ne sont plus les cailloux et les nids de poule entre lesquels la Royal Enfield Himalayan doit slalomer mais les pare-chocs et les piétons. Vous visitez en Royal Enfield les principaux sites de la capitale népalaise avec un guide culturel francophone.

Belle route de la transhimalayenne en Royal Enfield

,La plus belle portion de la transhimalayenne, une route faite par les japonnais

Jours 9 à 11. Un petit air d’Inde

Cap au sud. En passant par un joli village tout à fait représentatif de la campagne népalaise où vous vous sentez comme à la maison, vous allez tranquillement en direction du Téraï. Le Téraï à un petit arrière-goût d’Inde, la douceur en plus. C’est un col avec une magnifique route en lacets, comme dans nos Alpes, qui vous fait basculer par-dessus la chaîne des Mahabarath du côté du continent indien. De ce col, on distingue au nord les hauts sommets, au sud la vaste plaine indienne. Cette portion de route a été financée et construite sous la direction du gouvernement japonais. Autant dire que cette parenthèse de 2 jours est anachronique dans notre transhimalayenne. Ce tronçon vous donne l’impression d’être dans les Alpes. Mais, on reste au Népal, il reste quelques pièges, on croise des camions Tata et si vous prenez le temps de vous arrêter, vous verrez surement des singes langur dans les arbres.

Route : 5 heures, 82 à 115 km

Piste en construction lors de la reco de la transhimalayenne en Royal Enfield

La mousson oblige un perpétuel travail sur la piste, ici la pelleteuse a utilisé le dos du godet pour le passage de la Royal Enfield!!!

Jours 12 à 14. Face à l’Everest

Petit historique, en 2014, nous avons sans doute été le premier véhicule, avec une bullet 500cc, à relier deux gigantesques vallées de l’Himalaya par la crête que vous allez emprunter pendant ces trois jours. D’un côté, une vallée qui draine les eaux des glaciers sud de l’Everest, d’un autre côté celle qui entraîne les eaux depuis le plateau tibétain jusqu’en Inde. Au début, vous serez surpris de trouver dans ce coin reculé de l’Himalaya une route goudronnée ??? Seuls les dieux peuvent accomplir ce genre de prouesses et c’est bien pour des dieux que l’asphalte est arrivé si loin. Vous visitez une grotte sacrée qui attire beaucoup de monde. Mais le plus spectaculaire de cette partie de transhimalayenne pour nous autres impies se sera plutôt le bivouac face à l’Everest. La piste est tortueuse et chaque été la mousson ne l’épargne guère, notre bivouac sera donc conditionné par l’état de la piste.

Route : entre 4 et 5 heures, de 40 à 62 km

Première reconnaissance de la transhimalayenne en Royal Enfield

Lors de la toute première reco, on passait en bac !!! Maintenant, il y a un pont.

Jours 15 à 17. Dans les champs de thé

Changement de décors, après les terrasses de maïs, moutarde et sarrasin, vous arrivez au pays du thé. Des collines et des collines arrondies pas la culture régulière des théiers taillés de prêt. C’est l’occasion de visiter une fabrique de thé dans cette région où peu de touristes arrivent et où le thé est tout aussi bon qu’à Darjeeling sans en avoir le côté ultra mercantile. Pour qu’il y ait du thé, il fut de la pluie, beaucoup de pluie alors dans ce secteur, il est possible bien que nous soyons en saison sèche que la pluie s’invite ou mouille un peu le terrain et rende la pilotage un peu plus technique.

Route : de 3 à 6 heures, de 57 à 107 km

Champs de thé dans la région de l'Ilam, transhimalayenne en Royal Enfield

Les champs de thé népalais

 Jour 18. Darjeeling

Vous changez de pays aujourd’hui en passant en Inde. La frontière est une formalité, il faut cependant plier devant le flegme et la nonchalance coutumière des douaniers sans compter une petite dose de paperasse administrative qui même préparée à l’avance oblige à quelques courbettes devant les zélés. En quelques kilomètres, l’ambiance change radicalement. On sent en Inde une densité humaine prenante, il faut également adapter la conduite à ce nouvel environnement.

A l’approche de Darjeeling, la route en lacets est un peu piégeuse à cause du « Toy train », ce petit train croise en permanence la route sans passage à niveau comme on peut l’imaginer. Mais le véritable piège n’est pas d’éviter le train mais de passer autant que possible à la perpendiculaire des rails lisses comme une peau de nouveau-né. A Darjeeling, dans ce pot de chambre de l’Inde on croisera les doigts pour la vue sur le Kanchenjunga, troisième sommet le plus haut du monde et un massif énorme. L’ambiance coloniale de l’ancien empire britannique semble s’être installée pour toujours à Darjeeling, murs décatis et maison de bois colorées et champs de thé. C’est l’étape finale de votre transhimalayenne népalaise.

Route : 5 heures, 110 km

Le toy train de Darjeeling

Le fameux « Toy train » de Darjeeling

 Jour 19. Retour au Népal

Vous connaissez la route, on repasse par le poste frontière et direction l’aéroport et vol pour Kathmandu.

Route : 5 heures, 110 km

Vous en voulez encore, il est possible de prolonger le voyage en rentrant lentement vers Kathmandu avec en chemin : un safari dans le parc national de Koshi Tapu, une visite de Janakpur et de son magnifique temple de Janaki dédié à la déesse Sita, bref on rentre dans tout ce que notre imaginaire occidental raconte de l’Inde. Une dernière journée de route vous fera arriver par un col au nord de Kathmandu.

Option de 3 jours pour ceux qui veulent rentrer au guidon de la Royal Enfield, une journée de safari sans route et entre 4 et 7 heures, 170 à 250 km avec de longs tronçons de ligne droite. Supplément 400 €

Plaine du Téraï, transhimlayenne en Royal Enfield

La plaine du Téraï et le transport de marchandises toujours surprenants

 Jour 21.  Journée de repos

En cas de problème sur le vol, le retour ce fait aujourd’hui, sinon, c’est une journée de repos et l’occasion de faire les derniers achats avant de rentrer.

 Jour 22. Fin de la transhimalayenne en Royal Enfield

Jour 23. Arrivée en France

Transhimalayenne à l'est du Népal en Royal Enfield
Compensation carbone Népal

Compensation carbone de votre voyage au Népal