Logo de Tribeni Trek

Mustang et ascension du Mansail sud (6251m)

Voyage de 23 jours - départs 12 octobre, 31 juillet

Vue de la kali Gandaki depuis Samar au Mustang

Notre enthousiasme pour votre trek au Mustang

Trek et sommet en trois semaines au cœur du Mustang et au-delà. Le Mansail sud avec son permis d’expédition vous permettra cette échappée aux confins de la frontière népalaise, au nord de Lo Manthang, la capitale du Mustang. Le Mansail sud à 6200m est en effet situé exactement sur la frontière entre le Népal et le Tibet.
Son ascension ne représente pas de difficulté mais permet de mettre un pied sur le haut plateau tibétain, le toit du monde. De là vous aurez une vue sur le relief adoucit du plateau tibétain.
Un peu d’étymologie, Mustang signifie en tibétain plaine fertile. Ce n’est évidemment pas ce qui nous vient à l’esprit avec les paysages désertiques du Mustang. Cependant en comparaison du plateau tibétain, le Mustang est effectivement très fertile alimenté par la chaîne des Damodar à l’Est et celle du Mustang à l’ouest, de nombreux canaux d’irrigation transforment chaque village en petite oasis de verdure à partir de la fin du printemps. Rien à voir donc avec la race chevaline et encore moins avec la voiture.


Tarif : à partir de 2390 €

Prochains départs : 12 octobre (départ garanti), 31 juillet

Si vous souhaitez réserver l'hotel à Kathmandu vous même nous déduisons cette prestation du tarif.

Nos tarifs incluent

  • L’hébergement à Kathmandu en hôtel 3 étoiles
  • L’assistance d’une équipe népalaise guide et équipe cuisine pour l’organisation du trek en tente
  • Equipement des porteurs et assurance de tout le staff népalais
  • Le portage par mules
  • Tous les repas pendant le trek et l'ascension
  • Les transferts terrestres aller/retour entre Kathmandu et Pokhara en véhicule privé
  • Les vols domestiques aller/retour entre Pokhara et Jomsom
  • Permis spécial du Mustang et permis d'expédition pour le Mansail sud, droits d’entrée dans les parcs nationaux des Annapurna
  • Un téléphone satellite (hors communications)
  • Trousse de premiers secours

Nos tarifs n'incluent pas

  • Le vol international pour le Népal
  • Les boissons froides, les repas à Kathmandu
  • Votre assurance de prise en charge du secours en montagne et du rapatriement
  • Visa népalais à l’arrivée (40 USD)
  • Pourboires

Itinéraire détaillé de votre trek au Mustang avec l'ascension du Mansail sud

Jour 1. Départ pour le Népal


Jour 2. Arrivée à Kathmandu et transfert à l’hôtel

Pour arriver dans la vallée de Kathmandu, l’avion traverse la plaine indienne puis survole les cols de la chaîne du Mahabarath. A l’aéroport, nous vous accueillons et vous conduisons à votre hôtel ou nous faire le briefing.


Jour 3. Kathmandu à Pokhara en bus

Votre guide de trek vous attend pour cette première journée qui sera une journée de transport, l’occasion de découvrir le Népal. Oui, la route apprend beaucoup sur le pays, c’est un révélateur de la vie quotidienne mais aussi une première approche pour comprendre la géographie du Népal, ces immenses vallées. Souvent arrivé dans l’après-midi, vous avez le temps de profiter de la quiétude de Pokhara avec ces rues larges et en arrière-plan, les neiges du Machhapuchhare.
Selon la circulation, le trajet peut durer de 6 à 8 heures. Il est possible de faire ce même trajet en avion si vous le souhaitez.

Transfert de 6 à 8 heures


Jour 4. Vol Pokhara – Jomsom (2700m) et marche jusqu’à Kagbeni (2800m)

Pour voler à Jomsom, il faut prendre un vol matinal ; vol au-dessus de la vallée de la Kali Gandaki et entre deux des plus hauts sommets du monde, l’Annapurna et du Dhaulagiri.
Arrivé à Jomsom à pas loin de 3000m, on peut déjà commencer à se mettre en mode économique, marche lente pour la première demi-journée vers Kagbeni. Le Mustang est né d’un immense effondrement géologique. Une vue satellite avec google earth permet de mieux comprendre cette singularité du paysage. D’ailleurs, le fort thermique qui s’établit un peu avant midi dans la vallée est directement lié à cette caractéristique. Dans cette portion de l’Himalaya la frontière avec le Tibet est sous les 5000m.

Marche : 2 heures et demi, +100m


Jour 5. Kagbeni à Chaili (3000m)

Kagbeni est aussi appelé la porte du Mustang. En effet, le village est installé à un étranglement de la rivière, un point de contrôle idéal entre le Mustang et la vallée des Annapurna. Kagbeni marque donc naturellement l’entrée administrative du Mustang. C’est ici que vous faites enregistrer votre passage et présentez votre permis spécial pour le Mustang.
Les ruelles enchevêtrées de Kagbeni ont conservé l’aspect médiéval du village. Cette forme architecturale ramassée permet également au village du Mustang de se protéger du vent.
Le trek commence véritablement et la Kali Gandaki est dans cette partie encore large. Nous longeons son cours en traversant les villages de Tangbe et de Chuskang. Puis les gorges se dressent devant nous. C’est ici que le chemin prend de la hauteur. Après un pont qui franchit la Kali Gandaki, étroite à cet endroit, quelques dizaines de mètres de dénivelé seulement nous font gagner le village de Chaili. Comme Kagbeni, Chaili a été bâti pour affronter les rafales de vent.
Prenez le temps de vous perdre dans ce minuscule dédale, puis au détour d’une ruelle montante ou d’un toit accessible vous aurez aux heures du couchant une magnifique vue sur votre première journée de trek et au fond l’imposant massif des Nilgiri et le Tilicho ; en premier plan le village de Chuksang qui avance sur un large méandre de la rivière.

Marche : 6 heures, +320m/-80m


L'entrée des gorges à Chaili
L'entrée des gorges à Chaili

Jour 6. Chaili à Syangboche (3800m)

C’est une journée importante pour votre acclimatation, vous passez la barre des 3500m et joliment. Le sentier monte raide, à flanc de falaise avec une très belle vue sur le village de Gyakar. Pour cette partie, la lenteur est de mise, petits pas et souffle calme permettent de rejoindre en douceur Samar.
Samar est un beau village avec son lot de chorten colorés. Au loin, les Nilgiri restent dans notre ligne d’horizon. Littéralement, Nilgiri signifie montagnes bleus ; elles doivent leur nom aux pentes de glace qui recouvrent une partie des montagnes.

Marche : 6 heures, +1550m/-760m


Intérieur d'une maison au Mustang
Intérieur d'une maison au Mustang

Jour 7. Syangboche à Drakmar (3800m)

Le trek commence ce matin par une montée tranquille à notre premier col. On domine maintenant les gorges du Mustang. Gemi et Geling que nous traversons sont de beaux exemples de l’habitat Lo-ba (habitants du Mustang) ; maisons de torchis aux toits plats couronnés des réserves de bois pour l’hiver.
Chaque village est entouré des cultures en terrasse alimentées par des canaux. Les chaînes de montagnes à l’est et à l’ouest, de part et d’autre du Mustang fournissent en eau tous les villages. Dans les champs qui forment de petit patchwork autour des villages, sarrasin, millet et blé sont récoltés à la fin de la mousson.
En courbe de niveau, le sentier conduit à Drakmar et soudainement les falaises rouges qui surplombent le village nous font face. Un instant unique, contraste des ocres minéraux et des prairies autour de Drakmar.

Marche : 5 heures, +1100m/-1200m


Jour 8. Drakmar à Lo Manthang (3800m)

Par un premier col, nous arrivons au Mui La 4170m ; et comme à chaque col, on croit revoir le même type de paysage mais on se laisse encore surprendre. La descente nous conduit au monastère de Ghar gompa, il passe pour un des plus anciens du Mustang et du Népal. De la secte des Nyingmapa, il aurait été construit au 8ème siècle. Adossé à la montagne, Ghar Gompa signifiant littéralement la maison monastère est a passé les épreuves du temps en conservant notamment une magnifique statue du Lama de Ghar gompa, statue en bois qui d’un style épuré.
Le monastère est entouré de chorten colorés et de beaux stupas. Un second col tout en douceur ouvre votre horizon sur l’immense plaine de la capitale du Mustang : Lo Manthang.

Marche : 6 heures, +800m/-800m


Jour 9. Jour de visite Choser, Garphu, Niphu

A quelques heures, la frontière avec le Tibet est accessible à cheval. On comprend mieux la tradition commerçante du Mustang entre le Népal et le Tibet. Le Mustang était naturellement par sa géographie un axe de la route du sel du XVème au début du XVIIème siècle.
A présent, en route vers les villages du nord, la région de Choser. Le Tibet semble être ici plus vrai que de l’autre côté de la frontière. Garphu et Niphu vous donneront un étonnant aperçu de l’habitat troglodyte. Les maisons comme les monastères sont à moitié prises dans le rocher, à moitié à l’extérieur. Le climat rude a obligé les Lo-ba à ce compromis. Le monastère s’impose dans une falaise, petites ouvertes et dominant le village, il est souvent entouré de grottes.
Et au loin, toujours les bienveillants sommets de la chaîne himalayenne nous font comprendre que nous avons là un pied au Tibet, géographiquement parlant.

Marche : 6 heures, +200m/-200m


Jour 10 à 13. Ascension du Mansail sud

Maintenant commence la partie d’exploration. Peu de groupes sont allés explorer cette vallée, tout simplement parce que le Mansail sud est un sommet ouvert par le ministère seulement depuis 2015.
Une équipe de Tribeni Trek a fait la première de ce sommet en mai 2017, nous sommes donc rodé sur cette ascension exploratoire où très peu d’humains sont allés. Au sommet, vous dominerez le plateau tibétain, la sensation d’appartenir à deux mondes, encore en Himalaya mais déjà au Tibet. Les 6251m du Mansail sud semblent tout naturel dans cet environnement de haute altitude.


Vue des Damodar au Mustang
Vue des Damodar au Mustang

Jour 14. Jour de visite de Lo Manthang (3810m)

Lo Manthang est la capitale et logiquement la plus importante du Mustang. Un mur d’enceinte protège l’ancienne partie de la ville. Allez-vous perdre dans les ruelles, vous égarer dans ce petit dédale pour saisir l’atmosphère du lieu et imaginer ce que cette cité pouvait être au moyen-âge. Les monastères de Lo Manthang offrent des peintures parmi les plus belles du Népal et sans doute les plus belles peintures bouddhistes ; un trait simple épuré. C’est sans conteste un temps fort de votre trek au Mustang. Luigi Fieni, un italien, s’est consacré la restauration des peintures depuis de nombreuses années, il enseigne aussi aux habitants du Mustang ce travail. Ainsi des artistes du Mustang sont maintenant formés à la restauration et utilisent les pigments naturels dans des œuvres contemporaines, inspirés par les peintures de leurs ainés.
Fondée au XVème siècle, la capitale du Mustang a traversé les siècles. Encore aujourd’hui, la famille royale occupe le palais et l’activité des monastères reste importante. Un détail qui n’en est pas un, pour visiter les monastères, n’oubliez pas votre lampe frontale, sans quoi vous ne verriez pas les fresques plongées dans l’obscurité. C’est vrai pour tous les monastères que vous visiterez.


Jour 15. Lo Manthang à Yara (3650m)

En quittant Lo Manthang, on s’élève lentement vers une crête qui hésite au début entre Est ou Ouest, l’occasion de profiter des paysages des deux côtés, puis se décide pour obliquer à l’ouest dans les pentes qui dominent le village de Dhi. La descente est rapide, escarpée à traverse les cheminées de fées du village de Dhi. Le chemin traverse des couches grises, jaunes, ocres qui forment un patchwork sur les montagnes, l’univers minéral unique du Mustang.
A l’approche de Dhi, les champs autour du village donnent enfin des signes de vie. Le village approche au bord de Kali Gandaki qui dans cette partie haute prend le nom de rivière du Mustang. On mesure la distance parcourue à la taille de la rivière qui à Dhi se franchit par un simple pont. Des grottes troglodytes subsistent dans cette falaise juste avant le village.
Maintenant en rive gauche, le trek reprend un caractère ascendant en direction de Yara. Les maisons aux toits plats sont ici plus éparses et dominent les champs.

Marche : 6 heures, +500m/-650m


Traversée de la Mustang Khola à Dhi
Traversée de la Mustang Khola à Dhi

Jour 16. Excursion à Luri Gompa

Le petit monastère de Luri Gompa est vraiment une petite perle du Mustang. Nichée dans une cheminée de fée, il a été creusé à même la roche. Un stupa a été construit à l’intérieur d’une grotte en forme d’ogive. Les peintures sont d’une rare finesse et surprennent encore plus lorsqu’on y arrive par une succession d’escaliers et d’échelles. Elles datent environ de l’époque de celle de Lo Manthang et les pigments naturels ont bien traversé les siècles conservant ces magnifiques fresques. Les motifs représentent Bouddha et des divinités. Il faut imaginer les Lo-ba, grimper à l’époque dans ces formations peu stables et y creuser les grottes pour installer ces monastères.
L’accès raide de Luri Gompa ne doit pas vous faire rebrousser chemin, c’est véritablement un lieu à part au Mustang.

Marche : 4 heures, +350m/-350m


Jour 17. Yara à Tange (3340m)

Le départ de cette journée de trek vous fait monter sur un large plateau, direction plein sud. Sur cette portion du Mustang, les grands plateaux donnent la sensation des grands espaces. On descend ensuite dans un large canyon pour reprendre la traversée d’un nouveau plateau.
Notre horizon aujourd’hui est une succession de paysages striés de jaune, gris et blanc.

Marche : 7 heures, +360m/-780m


Les toits de Yara au Mustang
Les toits de Yara au soleil couchant

Jour 18. Tange à Tetang (2980m)

C’est aujourd’hui est la grosse journée du trek mais c’est également sans doute la plus belle. Il convient de partir de bonne heure de Tange. Le mur des moulins à prière du village nous accompagne dans ce départ matinal. On traverse la Tange Khola qui peut être assez large. Pour ce passage à gué prévoyez une paire de tongues ou des sandales. Vous commencez ensuite une longue montée pour gagner la crête. Une fois dans la zone des 4000m, vous empruntez la très longue crête qui va jusqu’à Tetang. Ce loin passage offre 4 à 5 heures de vues aériennes époustouflantes. C’est loin et pourtant on ne voudrait pas que ça s’arrête…
Des bergers campent souvent à Pha où un point d’eau permet aux troupeaux de se ravitailler. Sur le reste du chemin, pas d’eau, il est donc impératif de refaire le plein à cet endroit. La nature est ici chiche et on se demande bien comment les chèvres y trouvent leur compte.
Entre nuages et sommets enneigés, il est parfois difficile de faire la différence tant les hauts sommets himalayens se détachent de l’horizon aride.
Vient le temps de la descente, longue, très longue mais tellement belle. Si vous êtes silencieux et attentifs, il n’est pas rare de voir des bharals dans les pentes qui conduisent à Tetang.

Marche : 9 heures, +1000m/-1250m


Descente sur Tetang
Descente sur Tetang

Jour 19. Tetang à Jomsom (2700m)

Nous empruntons le sentier qui nous avais permit à l’aller de rejoindre Chaili. Nouvelles marques de vie, un retour progressif au territoire des hommes.

Marche : 5 heures, +100m/-380m


Jour 20. Vol de Jomsom à Pokhara et bus pour Kathmandu

Le vol de Jomsom est comme à l’aller soumis aux conditions météo. Le fameux vent thermique que l’on a pu tester à la sortie du Mustang dans la descente entre Kagbeni et Jomsom explique pourquoi les vols sont matinaux.
Retour à Kathmandu possible par la route ou en vol selon le choix de chacun. Il est prévu par la route en véhicule privé.


Jour 21. Journée de sécurité en cas d’annulation du vol de Jomsom

Cette journée est nécessaire pour en cas d’annulation du vol de Jomsom pouvoir organiser le retour par la piste. Dans ce cas, on essaie d’organiser le retour par Jeep privé mais il peut arriver qu’il n’ey ait plus de disponible et que ce soit le bus local.
La piste entre Jomsom et Pokhara est difficile est longue, c’est donc une situation que l’on essaie d’éviter le plus possible.


Jour 20. Départ du Népal

Toutes les bonnes choses ont une fin, il faut quitter le Népal et c’est l’heure du départ pour l’aéroport. Vous arrivez en France le jour même ou plus souvent le lendemain, selon les horaires de votre vol.


Jour 21. Arrivée en France